Accessibilité - Ajouter aux favoris - Contact  
Accueil
Bulletin municipal
La commune
  Localisation
  Histoire et patrimoine
  l'hommage aux victimes de la première Guerrre Mondiale
  Les Marnots
  Querrien
TARIFS 2017
Vie municipale
Vivre à La Prénessaye
Se détendre
à La Prénessaye
Infos Pratiques
Démarches administratives
Mentions légales
DICRIM
Associations
Entreprises/commerces
Agenda
 

 

Mairie de La Prenessaye
2 place de la mairie
22210 La Prénessaye
Tél. : 02 96 25 64 81

 

> Querrien

Centre géographique de la Bretagne, Querrien est l'un des principaux villages: lieu de pélerinage où la chapelle du XVIIIe siècle, la fontaine Saint-Gal et la fontaine du champ d'appartion attirent de nombreux touristes. Querrien est appelé le petit Lourdes breton. Seule appartition de Marie reconnue officiellement par l'Eglise dans toute la Bretagne.          

 
D'après la légende, Saint-Gal, ami et compagnon de Saint Colomban, fut un des moines des VIe et XVII siècles qui s'arrachèrent à leur solitude pour aller prêcher l'Evangile dans les régions qu'on leur disait païennes. Il séjourna à Querrien. Il édifia un oratoire qu'il dédia à Notre Dame et fit jaillir du sol aride une source claire et limpide.
En 1652 le sanctuaire avait disparu mais la fontaine continuait à couler et le nom de Saint Gal lui était resté.
 
En ce village vivait un modeste ménage, le ménage Courtel qui avait une petite fille née en 1641 prénommée Jeanne et qui était sourde et muette.
Dans l'après midi du 15 août 1652, un jeudi, l'enfant qui gardait ses moutons dans le pré dit Les Fontenelles, aperçut au dessus du sol près de la fontaine, portée par un nuage lumineux, une femme vêtue de blanc, la tête entourée d'une brillante auréole.
Et tout à coup, la première fois depuis sa naissance, la petite Jeanne Courtel perçut le son d'une voix qui lui demandait un de ses moutons. Pour la première fois également, elle articula quelques mots:"Les moutons ne sont pas à moi mais à mon père. S'il veut vous en donner un, j'y consens bien volontiers."
"Retourne vers tes parents et, pour moi, demande leur un agneau"
L'enfant obéit en hâte et, devant ses parents stupéfaits, expliqua ce qui venat de se passer.
"Retourne à tes moutons dit le père troublé au plus haut point et dis à la Dame que nous lui donnons tout le troupeau"
Ce fut la première rencontre de l'enfant avec Notre Dame. D'autres apparitions suivirent.
La Dame se fit connaître comme étant la Vierge Marie et indiqua à Jeanne sa volonté de voir ériger une chapelle au lieu dit Saint Gal. Pour appuyer la mission de l'enfant, elle lui dit que l'on trouverait enfouie dans le sol, sous la Mare, une statue en bois sculptée de Saint Gal pendant son séjour en Bretagne vers 610.
Des fouilles furent entreprises et la statue fut trouvée à l'endroit indiqué.
 
Le recteur Audrain, licencié en droit de la Faculté de Paris, notaire apostolique, qui avait été mis au courant des différentes apparitions, interrogea longuement la fillette puis il l'envoya devant l'évêque de Saint Brieuc, Monseigneur Denis De La Barde, docteur en Sorbonne.
L'évêque se rendit à Querrien et bénit la première de la chapelle.

Jeanne Courtel mourut en 1703 et fut inhumée dans le choeur de la chapelle.
En 1934, on remplaça le parquet de la chapelle par un dallage en ciment. L'abbé Daboudet fit effectuer desfouilles pour retrouver les traces de Jeanne Courtel. Le cercueil fut retrouvé près de la balustrade du choeur. Jeanne Courtel avait bien été enterrée dans le choeur mais celui-ci avait été diminué lors de sa dernière réfection.
 
 
                        
                                                                                                                                                            
 

 L'ECHO DE NOTRE DAME DE TOUTE AIDE: extraits  rédigé par l'abbé Daboudet        

  

               

profanation du dimanche (extrait de l'écho du 15 juillet 1934): "Nous avons rappelé dans un précédent numéro du bulletin, les sanctions portées par Monseigneur contre ceux qui travaillent le dimanche. Disons à la louange de nos paroissiens que, Dimanche dernier, ils ont, en général, respecté le repos dominical. Quelques uns, pourtant, se sont permis de rentrer du foin, nous ne parlons pas par oui-dire, nous en avons vus de nos propres yeux. La semaine avait été si belle, le temps semblait se maintenir si beau, qu'ils n'ont vraiment aucune excuse. Mais voila, il est des gens à notre époque que rien n'arrête plus: ni la crainte des sanctions en cette vie, ni la crainte des châtiments de Dieu en l'autre. Pauvres gens! Nous les blâmons, certes, mais combien plus nous les plaignons".

Bruit étrange!!! (extrait de l'écho du 15 juillet 1934): "On dit ...que la menace de la gendarmerie de Plémet n'ayant pas suffi à mettre...de l'ordre (que celui qui peut comprendre, comprenne) pour le bal du 24 juin à La Prénessaye, on pense à faire appel à la gendarmerie mobile de Saint-Brieuc pour le bal de ce soir 18 juillet! Quand même, La Prénessaye deviendra célèbre!"

Chien muet! ça jamais! (extrait de l'écho du 17 juin 1934): "Monsieur le Curé-doyen de Plémet, parmi les judicieux conseils qu'il voulut bien me donner le jour de mon installation, m'adressa en particulier celui-ci: un recteur, un vrai pasteur ne doit pas être un chien muet, un chien qui, sentant la présence du voleur ou de l'ennemi, n'élève pas la voix pour la dénoncer à son maître. Chien muet, mes chers paroissiens, si je m'écoutais, je le serais toujours, mais, dans votre intérêt et pour accomplir mon devoir, je ne le serai jamais. Chaque fois qu'à ma connaissance, le loup cherchera à ravir à Dieu les brebis bien aimées du bercail qui a été confié à ma garde, je le dénoncerai hautement et impitoyablement où qu'il soit et quel qu'il fût. Je l'ai fait dimanche dernier, je le fais aujourd'hui, je le ferais encore dimanche prochain, si cela était nécessaire".

 

 

 
  ImprimerImprimer | Envoyer à un(e) ami(e) |
Partager